La princesse de papier d’Erin Watt


La princesse de papier

Auteur : Erin Watt
Éditeur : Hugo roman
Traducteur: Caroline de Hugo
Genre : New Adult
Nombre de pages : 477 pages

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, a avoir des fins de mois difficiles et à penser qu'un jour elles allaient s'en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde... jusqu'au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grand manoir des Royals. De l'argent, du luxe et du confort... Et... les cinq fils de Callum. Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d'entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu'est sa place, dans un monde de dénuement qu'elle n'aurait jamais dû quitter. Et s'il avait raison? Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu'Ella découvre avec stupeur. SI elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu'elle apprenne à édicter ses propres règles... royales.

Mon avis

La princesse de papier est le premier tome d'une série de roman New Adult sortie début 2018. Cette série fait beaucoup parler d'elle sur la blogosphère (autant en positif qu'en négatif). Il y a même une polémique sur le consentement qui partage les avis en deux catégories: les fervents partisans de la série et ceux qui la détestent. (Ok, je grossis un peu le trait. N'exagérons rien). 
 
Pour ma part, j'ai adoré La princesse de papier et je dois vous dire que mon avis ne sera peut-être pas totalement subjectif et qu'il manquera probablement (très certainement même) de discernement. Mais cependant, j'ai noté quelques points qui pourraient ternir votre lecture si vous n'êtes pas préparer. Tout le monde ne peux pas aimé ce livre, et je respecte ça. 
 
Dès les trente premières pages de ce roman, j'ai eu une véritable frénésie de lecture pour cette histoire. C'est peut-être une des choses que j'ai adoré dans ce roman. Il se lit bien et vite. C'est addictif au possible. Grosso modo, La princesse de papier est un excellent soap opéra bien pesé en terme de tensions et de révélations. (Tu le vois arriver le cliffanger à la fin du roman?) 
J'ai eu l'impression de lire l'équivalent d'un épisode de Gossip Girl, avec une jeunesse dorée qui n'a aucune (mais alors aucune) limite. Et pour ma part, j'adore Gossip Girl, donc c'est normal que j'ai apprécié ma lecture. 
 
Le speech de départ n'est d'ailleurs pas particulièrement originale mais il fait son effet. Ella a 17 ans et essaie désespérément de survivre depuis la mort de sa mère. Elle cumule les petits boulots (dont celui de streap-teaseuse, oui oui, c'est normal dans ce livre) et continue le lycée en parallèle. Un jour, le milliardaire Mr Royal entre dans sa vie et lui annonce qu'elle est la fille héritière de son meilleur ami (milliardaire lui aussi). Celui ci venant de décéder, elle se retrouve sous la tutelle de Mr Royal et doit aller vivre avec lui et ses quatre fils. Elle intégrera leur école bourgeoise. Mais l'arrivée d'Ella chez les Royal ne sera pas vu d'un très bon œil. 
 
Dans ce roman, vous trouverez: 
- des adolescents qui se battent (pour de vrai avec leurs poings)
- des parents qui ont pour seul élément éducatif de faire suivre leur progéniture par des détectives
- une cargaison d'insultes en tout genre (principalement centré sur les parties anatomiques masculines et les travailleuses de la nuit)
- de l'alcool, de la drogue et des fêtes
- des matchs de football américain
- de l'amitié et de l'amour
- des jeux de mots autour de leur nom de famille (Royal)
- des mensonges, de la trahison et des drames
 
Vous pouvez mélanger le tout et vous retrouvez la ligne conductrice de la série Les héritiers. Sincèrement, on adhère ou non. Mais cela a fonctionné avec moi malgré certaines imperfections au début de ma lecture. 
 
Au début du roman, j'ai trouvé que la plupart des personnages masculins étaient des macho-sexistes. Et ils étaient vulgaires par dessus le marché. (Tout pour plaire quoi!) Heureusement, le personnage féminin rattrape un peu cette belle brochette de délurés avec sa conviction et sa volonté de s'en sortir. Ella est vraiment attachante. Plus on avance dans la lecture, et plus on se rend compte que la belle brochette masculine n'est pas aussi dénuée d’intérêt. Easton est complètement paumé mais attachant. Reed ne m'a part contre pas vraiment captivé dans le premier tome.  (C'est dommage, car c'est un peu le héros de ces trois premiers tomes) Et même si le dernier quart du roman le montre sous un meilleur jour, je lui aurais bien collé mon poing dans la figure à un moment donnée. Le soutien que les frères Royal se portent commence à ébranler mon point de vue et je me suis petit à petit attachée à eux. 
 
Malgré, que les détails évoqués soient assez négatif, j'ai passé un très bon moment de lecture. C'est divertissant et addictif. Les auteures maîtrisent à la perfection "le clinffhanger", autrement dit "la fin de merde" qui laisse son lecteur complètement sur les fesses. Cela donne envie de se jeter littéralement sur la suite. (Chose que j'ai bien évidemment faite). 
 
 

En Bref,

 La princesse de papier n'est pas le genre de lecture qui plaira à tout le monde mais pour ma part, elle est tombée pile au bon moment. A bien des niveaux, elle aborde des thématiques à l'opposé de mes valeurs personnelles. Mais comme elle se place dans la jeunesse dorée, j'ai accepté et je me suis laissée bercer par ce soap opéra et par ses personnages. 

 
16/20
Une très bonne lecture
 
Chronique des copines blogueuses: Althea in WonderlandCarnet Parisien, Sorbet Kiwi
La princesse de papier d’Erin Watt

5 commentaires sur “La princesse de papier d’Erin Watt

  1. Ahah ton entrée en matière est effectivement très caricaturale, je n’aurais pas vraiment commencé par ça, ça pourrait freiner des lecteurs et en plus je trouve que ce n’est absolument pas représentatif du roman. Mais sinon, je suis vraiment heureuse que tu aies aimé cette lecture ! 🙂

    1. Alors oui, ce n’est pas la majorité de l’histoire et il y a des intrigues secondaires très intéressantes mais globalement c’est ce qui peut freiner les lecteurs s’ils ne sont pas préparer. C’est pourquoi j’ai préférée en parler. Car il y a quand même cet absence de règle et de moralité dans tous les autres personnages (outre l’héroïne) qui peuvent vraiment dérangé. Et forcément les gens n’auront pas un retour positif sur le livre à cause des comportements.

  2. Je crains de ne pas faire partie de la catégorie à apprécier cette saga mais, si je ne me fais pas mon avis, je ne saurais pas le savoir donc un jour ou l’autre, je me lancerais ! Au moins lire le premier tome serait bien 🙂 Après, si j’adhère totalement, je lirais toute la saga évidemment ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :