Mémoires d’une jeune guenon dérangée


Auteur : Maureen Wingrove
Éditeur : Michel Lafon
Genre : Jeunesse
Série : Le journal intime de Cléopâtre Wellington
Tome : 1
Nombre de pages : 235 pages

Cléopâtre a trois chats, des parents divorcés, une petite sœur givrée fan de phoques, une pilosité plus proche de celle du singe que de l'être humain, et doit être supporter quotidiennement maintes humiliations et insultes assénées par Clément, le plus sadique et néanmoins plus beau mec du collège. Heureusement, elle peut compter sur sa BFF Chloé pour lui faire oublier ses drames existentiels à grand renfort des missions d'espionnage nocturnes et de tournages de film d'horreur amateur. Mais cette année, deux nouveaux font leur apparition en classe... et il se peut qu'ils changent considérablement le quotidien de Cléo.

Mon avis

Le journal intime de Cléopâtre Wellington est le premier tome d'une série jeunesse écrit par Maureen Wingrove. D'ailleurs Maureen Wingrove n'est autre que le nom de plume de Diglee, une illustratrice engagé qui s'est fait connaître via le web au travers de son blog et de ses précédentes BD (Autobiographie d'une fille gaga et Confessions d'une Glitter Addict)

L'autrice signe avec ce premier livre jeunesse un roman loufoque, décalé et dans la jolie lignée de l'humour de la série de renom Le journal intime de Georgia Nicolson (qui a marqué de nombreux adolescents des années 2000).
 
Cette histoire raconte le quotidien de Cléo, collégienne de 13 ans qui a de nombreuses préoccupations. Au travers de son journal intime, on va suivre ses aventures, ses doutes et ses petits moments de bonheur.
 
Si je devais retenir une chose de Mémoires d'une jeune guenon est que cette lecture est son humour. Cléopâtre, son héroïne m'aura fait de nombreuses fois mourir de rire. C'est drôle, fantasque et décalé.
 
J'ai retrouvé à de nombreux moments l'humour de Diglee que j'avais rencontré dans ses BD. Humour qui était totalement exacerbé car il venait d'une adolescente de 13 ans, sans barrière et au travers duquel chaque petite chose de la vie est comme une montagne russe (Bref, les joies de l'adolescence).
 
Cléopâtre est d'ailleurs un personnage unique, complètement perché, qui a le don de se fourrer dans des situations les plus invraisemblables. On sens qu'elle a beaucoup de l'adolescente qu'a pu être Maureen Wingrove.  Que ce soit au travers de ses personnages secondaires, qui font hommage à ses amies les plus proches, à ses noms de chat, ou à son amour du vintage, on sens que l'auteur puisse de nombreuses choses de ses propres expériences personnelles.
 
Donc sans être un réel témoignage, Le journal intime de Cléopâtre est un hommage à la période charnière qu'à été l'adolescence de l'autrice.
 
Mémoire d'une guenon est une série de livres qui pourra parler à de nombreuses pré-adolescentes au travers de ses thématiques: la popularité, les premiers émois, les transformations du corps... Et j'ai trouvé que ces sujets étaient abordés tout en finesse et en légèreté. J'ai cependant pu noté de nombreuses références culturels qui par parleront plus à des personnes qui ont été adolescentes à l'époque de l'autrice, qu'à des jeunes gens d'aujourd'hui.
 
Du côté de l'écriture, Maureen wingrove a su adapté son écriture pour le jeune public. C'est simple, facile à lire et l'effet journal intime permet au lecteur de s'identifier au protagoniste principal.
 
Concernant la structure du roman, j'ai été un peu déroutée par le découpage des chapitres très inégaux. Pour moi, il n'avait pas lieu d'être puisque le roman avait déjà une structure journalière. Peut-être que le roman avait été conçu comme  un tome unique et qu'il a eu droit à un découpage pour faire plusieurs volumes?
 
 

En Bref,

Le journal intime de Cléopâtre Wellington est le digne successeur du Journal de Georgia Nicolson (série de roman jeunesse qui ont marqué les années 2000).
Drôle, décalé, il fera mourir de rire les plus jeunes lecteurs grâce à son héroïne complètement barrée. Il touchera un public plus adulte, fan de la première heure de Diglee au travers de ses nombreuses références et de ses clins d’œils personnels.
Mémoire d'une jeune guenon dérangée a été pour moi une chouette moment de lecture. 
 
14/20
 
L'avis de mes copines de lectures: La tête dans les livres, Carnet Parisien
 
 
Mémoires d’une jeune guenon dérangée

11 commentaires sur “Mémoires d’une jeune guenon dérangée

    1. J’avoue que j’ai apprécié aussi ce type de roman plus jeune, mais là je pense que l’écart d’âge se creuse pour les lire à 26 ans. Bisous et merci pour le message d’anniversaire.

  1. J’hésite pas mal même si ça a l’air assez tordant 🙂 Je ne suis plus Digglee depuis un moment, principalement à cause du tournant qu’elle a prise (et qui est très bien mais plus dans le délire qui me plaisait), du coup, ça me freine un peu.

    1. Pour moi, c’est un peu l’humour de la Diglee de la première heure. Mais je comprends pourquoi tu peux hésiter. 🙂
      Merci pour ton commentaire Lotica Dream. 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :