La maîtresse des Quatre-vents de Robin Lee Hatcher


Auteur : Robin Lee Hatcher 
Éditeur : ArchiPoche (L'Archipel)
Genre : Romance historique
Nombre de pages : 349 pages

Jouer sa propre fille au poker? Un carré de rois et le sort de Jane est fixé: son père a perdu! Elle appartient désormais à cet inconnu aux yeux de saphir qui, depuis le début de la partie, n'a cessé de la dévisager...

Chase Dupré n'a toutefois rien de la brute qu'elle redoutait. Ému par la détresse de la jeune fille, il la prend sous sa protection. Au rang des Quatre-Vents, Jane trouve un foyer et une affection qu'elle n'avait encore jamais connus.

Résumé partiel de l'éditeur

Mon avis

La maîtresse des quatre vents est une romance historique sortie fin août aux éditions L'Archipel. Initialement paru en 1988, cette romance a eu droit une réédition tout récemment au format poche. J'avais déjà eu l'occasion de découvrir la plume de Robin Lee Hatcher au travers de son précédent roman intitulé "La bonne fortune d'Elizabeth Wellington". Et dans l'ensemble, j'avais passé un moment plus ou moins sympathique de lecture. 

Ce que est drôle (ou pas) avec ma lecture de La maîtresse des quatre vents, c'est que je n'en demandais pas trop à cette romance. J'avais noté de nombreux défauts dans "La bonne fortune d'Elisabeth Wellington". Certains m'avaient même terni ma lecture. Mais du coup ici, je me suis concentrée principalement sur les bons côté de cette romance. Et c'est ce que m'a permis d'apprécier ce livre dans son ensemble. 

Je vous rassure: La maîtresse des quatre vents n'est pas exempt de défauts. Mais je savais qu'ils seraient présents et j'en ai donc moins tenu rigueur. J'ai pardonné aussi pour la simple et bonne raison que cette romance date de 1988, et qu'elle ne possède pas tous les critères que l'on retrouve dans les ouvrages actuels. Si vous cherchez du sexe et du torride, mesdames (ou monsieur qui sais-je?) passez votre tour. Car les scènes sexuelles sont tout autant présentes que dans un épisode de Docteur Quinn, Femmes médecins. 

Dans cette histoire on suit Jane une adolescente de 16 ans, que son père vient de jouer au poker comme un vulgaire bétail. Mais Chase Dupré le gagnant de la partie la prend en pitié et l'accueille au ranch familiale des quatre-vents. La jeune fille sera prise sous l'aile de l'oncle et la tante de Chase, qui s'occuperont d'elle comme de leur propre fille. Très vite, Jane va tomber amoureuse de Chase. Mais celui-ci ne l'a verra que comme sa petite cousine. Puis un jour, il partira vendre du bétail au Texas pour voir du pays. Il ne reviendra que des années plus tard...

Premièrement, je vais commencer par vous dire que j'ai tout simplement adoré le cadre de cette romance: l'Amérique sauvage, le ranch familiale, le 19ème siècle. Habituellement, j'oriente mes romances vers les récits se passant en Angleterre victorienne ou en Ecosse. Mais j'ai été totalement embarquée dans les lieux et les paysages sauvages. On retrouve comme souvent: les conditions sociales du mariage, les us et coutumes de la bienséance, le rôle de l'Eglise... Tout ceci vient directement se confronter à un pays encore indompté. C'était très sympathique à lire. 

Deuxièmement ce que j'ai adoré dans cette romance c'est son personnage principal féminin: Jane McBride. Cette héroïne a des ressources et une audace folle. Elle va réussir à devenir une vrai cow-boy, tout en restant la jeune femme amoureuse qui nourrira ces sentiments jusqu'à ce qu'il touche la personne concernée. Elle est sincère, droite et téméraire. L'héroïne est également travailleuse et montre qu'une femme peut aussi bien faire le travail du ranch qu'un de ces homologues masculins. J'ai d'ailleurs moins apprécié le héros. Pour moi, ce n'est pas lui qui porte cette romance. Chase reste cependant sympathique et agréable. La vie lui apporte son lot de doutes et de difficultés qui viendront compliquer leur histoire d'amour. 

Le gros reproche que je pourrais faire aux personnages, c'est leur côté trop manichéen. Il n'y a aucune (ou quasiment) pas de demi-nuances. Tout au long du récit, les personnages principaux sont gentils et droits, tandis que les"méchants" seront vils et mesquins. J'aurais aimé un peu plus de gris dans cette palette de personnages.  

L'histoire de ce livre possède un agréable dynamisme, qu'on ne peut pas mettre sur le dos de la romance. C'est plutôt les dangers, les rivalités entre ranchs, les coups-bas des personnages et l'intrigue secondaire qui a su pimenter ma lecture. Cependant, j'apprécié les romances de Robin Lee Hatcher car elle ne possède pas le schéma longiligne qu'on rencontre habituellement. Mais même La maîtresse des quatre vents est surprenante dans le schéma narratif de l'amourette, elle ne fait pas vibrer mon cœur. Et c'est vraiment dommage. Une des raisons est que les personnages (et notamment Jane) développe des sentiments trop rapidement. Cela perd un peu en crédibilité. 

(Par exemple, cette dernière vient de voir son père mourir devant ses yeux.  A peine 24H après, elle tombe follement amoureuse de Chase. La période de deuil a donc disparu. Je veux bien que la vie au far west est dure et qu'on doit s'endurcir. Mais c'est un peu vite emballé, c'est pesé)

Le style d'écriture de Robin Lee Hatcher reste agréable à lire. Les scènes romantiques restent toutes douces en accord avec sa période d'écriture. C'est plaisant de temps en temps de lire des romances soft. 

En Bref

Malgré les quelques points négatifs que j'ai évoqué, La maîtresse des quatre vents reste une romance que j'ai véritablement apprécié et qui fait parfaitement bien son job. C'est frais. Distrayant. Et elle m'a fait passer un bon moment de lecture. Pour ma part, c'est tout ce que je lui demandais. 

13/20

Une agréable lecture

La maîtresse des Quatre-vents de Robin Lee Hatcher

16 commentaires sur “La maîtresse des Quatre-vents de Robin Lee Hatcher

    1. Je ne pense pas que la romance t’accroche assez 🙁 Favorise une autre romance historique. Merci pour ton commentaire Alice. 🙂

    1. Je pense que tu n’apprécierais pas plus que cela. Un jour, je te dégoterais une bonne romance historique 😉 Merci pour le commentaire La tête dans les livres. 🙂

  1. La comparaison avec Dr Quinn m’a fait sourire 🙂

    Le personnage féminin n’a pas l’air nunuche (ce que je reproche souvent aux romances) telle que tu nous la présentes. Va savoir peut-être que je pourrais lire cette romance historique. Peut-être! :p

    1. C’era Volta: Coucou, cela me fait très plaisir de lire un de tes commentaires sur le blog. Je ne suis pas sur que tu apprécies la romance dans sa globalité mais en effet l’héroïne n’était presque pas nunuche. Et c’est plaisant!

    1. @ Le chat du Cheshire: Il en faut pour tous les goûts. ^^

      @ Pluie de mots: La couverture est sublime!

      Merci pour vos commentaires Le chat du Cheshire et Pluie de mots.

    1. @ Plouf: Il y a meilleure romance mais celle ci fait le job.

      @ Anouklibrary: Je te recommande celui ci. Il m’a fait passer un bon moment de lectures. 🙂

  2. En général, les romances historiques que propose les éditions l’Archipel n’atterissent pas dans ma PAL. J’avoue que cela me tente moyennement, la plupart du temps et, dans ce cas-ci, tu confirmes mon envie de ne pas aller plus loin.

    1. @ La route des lecteurs: Oui, les romances historiques de chez l’Archipel ne sont pas les meilleurs du marché car elles sont un peu viellote. Il y a des points positifs et négatifs. Ici, pour moi, l’ensemble a fonctionné mais je vous dois toutes transparence pour vous permettre de savoir si vous allez aimer ou non!

      @ Althea’s Books: C’est le cas.

      Merci pour vos commentaires La route des lecteurs et Althea’s Book’s.

Leave a Reply

%d bloggers like this: