Nous, Les déviants de C.J Skuse


Nous, Les déviants

Auteur : C.J. Skuse
Traducteur : Marie de Prémonville
Éditeur : La Belle Colère
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 381 pages

Quand Ella Newhall avait douze ans, elle appartenait à une bande joyeuse et soudée. Max, Corey, Fallon Zane et elle passaient leurs vacances à faire du vélo, à explorer l'île de la baie et frissonner en écoutant les histoires terrifiantes que leur racontaient Jessica, la sœur aînée de Max. Et puis Jessica est morte, renversée par un bus qui roulaient trop vite. Quatre ans pus tard, Max est devenu un fils à papa fainéant et camé. Corey déprime, Fallon est enceinte de huit mois et Zane est connu comme le voyou du coin. Ella poursuit, sous les encouragements de la presse locale, le rêve d'une médaille olympique sur les pistes de courses. La seule chose qu'ils partagent encore est une envie dévorante de revanche.

Mon avis: 

Nous, les Déviants est la dernière parution en date de la collection La Belle Colère. Cette ligne éditoriale de chez Anne Carrière aborde des thématiques fortes de l'adolescence. Et je dois d'ores et déjà vous dire que ce livre s'intègre parfaitement bien dans le catalogue de cette collection. Je tiens d'ailleurs à remercier Mathilde, l'attaché de presse de la maison d'édition pour m'avoir permis de découvrir cette lecture, qui au premier regard ne m'aurait pas forcément interpellé.

Ce récit fait parti de ces histoires qui sont de véritables claques littéraires mais pour lequel il ne faut pas trop en savoir pour vraiment l'apprécier dans son ensemble. Donc j'espère que ma chronique vous donnera l'eau à la bouche, sans pour autant vous en dévoilez le fond de l'intrigue et ses retournements.

Dans ce livre, on suit l'histoire de 5 amis d'enfances inséparable dès le plus jeune âge. Malheureusement un tragique événement viendra mettre à mal cette amitié. Chacun a leur façon, ils ont un peu dévié du droit chemin suite à la mort de la sœur de Max et certaines d'entre eux se sont éloignés.  C'est de la voix d'Ella que nous suivons cette histoire et que nous en apprenons plus sur Max, Corey, Fallon, Zane et Ella elle-même, cinq adolescents à la dérive.

Ce roman est une lecture marquante pour bien des choses, mais la thématique qui est le plus abordée et la plus juste  est la colère. C'est une des lignes conductrices de cette lecture. Tout au long du récit on observe la colère qui sommeille au cœur de nos protagonistes, mais aussi l'impact que peut avoir les non-dits et les secrets. Toutes les émotions (colère, ressentiments, et bien d'autres...) m'ont a un moment donné de ce récit,  bouleversés émotionnellement. Impacté, d'une manière que je n'imaginais même pas.

Ces sentiments et cette colère entre directement en résonance avec celle d'Ella, notre narratrice. On a l'impression de lire une confession de vie. La structure narrative est d'ailleurs conçu dans ce sens. Chaque début de chapitre commence par une question posée par un interlocuteur inconnu qui permet à Ella de raconter un pan de sa vie d'adolescente. On a donc tout ce qu'elle a sur le cœur, de façon vrai et brutale. C'est une des choses qui rend cette lecture particulièrement intense et difficile

"Raconte moi tout. A commencer par ta relation avec Max. 

C'est comme ces vieux tableaux dans les musées - de loin ils sont magnifiques. Si on jette juste un regard à la dérober, on se croit devant des chefs d'oeuvre. Mais en s'approchant, on commence à distinguer des craquelures. On était un chef-d'oeuvre Max et moi. On se connaissait depuis toujours. On avait les mêmes goûts en musique. On terminait les phrases l'un de l'autre. On se gavait de Carte d'Or en matant "Les desastres de la chirurgie esthétiques chez les stars, et il essayait de ne pas grimacer. Devant les comédies romantiques, il faisait semblant de ne pas pleurer. Il avait des bras fabuleux et l'été il portait des sweats à capuche sans manches. 

Mais de près, les problèmes ressortaient, tellement flagrants qu'on ne pouvait plus les ignorer. "  Extrait page 12

L'histoire d'Ella et celle de ces amis est dure, percutante et dramatique mais elle m'a passionné. Un peu comme lorsqu'on ralenti pour observer les dégâts dans un accident de la route. Nous, les déviants m'a fait ressentir un effet de voyeurisme  si personnel et si dérangeant. Mais cela ne ma pas empêcher de tourner les pages pour en savoir la conclusion, car j'étais vraiment happée dans ce récit. Et j'avais envie de voir les personnages sortir la tête de l'eau à la fin.

C'est d'ailleurs cette même fin qui fait de cette lecture un petit bijou a mes yeux! Elle est unique et atypique. Tout le long du roman, j'ai espéré que l'intrigue prenne certaines directions. Pourtant l'auteur a envoyé balader toutes mes suppositions concernant la conclusion. Je pense que ce point final a fait monté ma lecture d'un cran et à balayer mes derniers doutes quant au style décousu de l'histoire.

Côté personnages, on suit 5 adolescents tous écorchés par la vie à leur façon. CJ Skuse trace un portrait très réaliste et très fidèle de l'adolescent en décadence sans pour autant tombé dans le patho. Cela les rend très attachants et j'ai eu envie de réparer leur côté "cassé" pour qu'ils puissent aller de l'avant. Au travers d'eux, l'auteur aborde de nombreux sujets en lien avec l'adolescence comme l'homosexualité, l'handicap, la dépendance aux substances, l'enfance, la peur mais également l'amitié, le soutien et l'amour. C'est un vrai roman d'apprentissage de la vie sans en être réellement un. Et c'est toute là, tout la grandeur de Nous, les déviants.

La style de l'auteur est assez atypique. Comme on se retrouve dans la tête d'Ella, on a presque l'impression de lire un texte fondamentalement décousu, un brun vulgaire et très réducteur dans la plume. En fait, on est dans un langage très oral. Pourtant cela ne m'a fondamentalement pas dérangé. Un fois habitué, cela rend notre histoire d'autant plus prenante. Elle m'a paru intime, presque comme si elle avait été réellement vécu. A certain moment, j'oubliais presque que je lisais une œuvre de fiction, sentiment que j'avais déjà retrouvé dans Je suis une fille de l'hiver.

En Bref

 Nous les Déviants est un roman brut et dur qui raconte l'histoire de cinq adolescents à la dérive. C'est un récit qu'il faut prendre le temps d'appréhender mais qui a su me captiver. A certains moments, il  m'a touché profondément à tel point que la fin de ma lecture fut accompagnée de larmes.  Ce n'est pas un coup de cœur pour cette lecture atypique mais un coup de poing littéraire qui me restera en mémoire. Une fois de plus, la collection La Belle Colère m'épate quant à la qualité de leur publication. Je ne peux vous conseiller qu'une chose: découvrez l'histoire d'Ella et de sa bande d'amis.

16/20

Nous, Les déviants de C.J Skuse

7 commentaires sur “Nous, Les déviants de C.J Skuse

  1. Bon ! Cet été – ou au moins avant la fin de l’année – il faut vraiment que je découvre un livre de cette collection !
    A chaque nouvelle parution, je suis tentée.

Leave a Reply

%d bloggers like this: