Syberia de Dana Skoll (basé sur l’oeuvre de B.H Sokal)


Sybéria

Auteur : Dana Skoll
D'après l'oeuvre de: B.H. Sokal
Éditeur : Michel Lafon
Genre : Young-Adult/ Science-fiction
Basé sur: Le jeu vidéo Sybéria (Microïds)
Nombre de pages : 316 pages

Kate Walker, jeune avocate américaine, est envoyée dans le petit village montagnard de Valadilène pour conclure le rachat d'une usine d'automates qui appartient à la famille Voralberg. Mais à son arrivée, elle découvre qu'un héritier potentiel, Hans Voralberg, a disparu en Europe de l'Est. Créateur d'automates de génie qui a passé sa vie à chercher les derniers mammouths vivant sur Terre, il s'est lancé dans sa quête jusqu'au nord de la Sibérie. Kate devra le retrouver pour mener à bien sa mission et sera confrontée à de nombreux personnages et lieux étranges.

Mon avis 

A l'occasion de la sortie de la  troisième version du jeu vidéo Sybéria, un livre et une bande-dessiné ont vu le jour pour compléter l'univers crée par B.H Sokal. Si comme moi, vous n'êtes pas un mordu de jeu vidéo, sachez que Sybéria est un jeu d'aventures opérant avec une caméra fixe dans lequel les joueurs dirigent un personnage en 3D. Sybéria 1 et 2 sont disponible uniquement sur P-C et édités chez Microïds. 

Sybéria est donc un roman, écrit par Dana Skoll et basé sur l'univers du jeu crée en 2002 par Benoit H. Sokal. Pour moi Sybéria est une lecture qui envoyait pleins de promesses grâce à son speech de départ. Mais pour tout vous dire, je lui ai trouvé énormément de défauts et je ressors de cette lecture véritablement déçu. 

Ici, on y suit Kate Walter, une avocate new-yorkaise, qui a pour mission de se rendre en France afin de faire signer un contrat de vente d'une usine d'automate. Quand Kate arrive en France, la gestionnaire de l'usine est malheureusement décédée. Notre héroïne apprend vite qu'un autre héritier est encore en vie, mais qu'il a disparu depuis plusieurs années en Sybérie, parti à la recherche d'une espèce de Mammouth disparu. La jeune femme n'aura pas d'autres choix que de le retrouver pour mener à bien sa mission. Au cours de sa quête, Kate évoluera dans divers lieux et rencontrera de nombreuses personnes qui lui feront changer sa façon de voir la vie. 

Sybéria avait un point de départ vraiment novateur et la thématique des automates qui m'a vraiment donné envie de découvrir cette lecture. Ne connaissant pas du tout le jeu vidéo, je ne pouvais qu'être surprise et me laisser porter par le récit. Même si je savais que j'étais loin des romans steampunk que je lis habituellement, j'étais curieuse de découvrir les divers idées et inventions de cette petite usine française. J'ai apprécié le côté "automates et inventions" du roman, et c'est d'ailleurs une des rares choses qui m'a plu dans ce roman. Cependant cette thématique reste peut présente puisque ce roman est avant tout un roman d'aventures, avec une quête initiatique. On reste donc très en surface des quelques inventions formidables que nous rencontrons au cours de la lecture. 

Pour ce qui est de l'intrigue, j'ai très vite déchanté. L'histoire avance toujours sur le même schéma narratif. Kate sera confrontée à un problème et finira par trouver la suite au bout d'un chapitre. Ou bien, elle rencontrera un personnage extérieur qui lui apportera de l'aide. Je pense que le roman suit vraiment le même procédé que le jeu vidéo. Pour autant, à lire, cela m'a posé un véritable problème. Certains événements m'ont paru peu crédibles. Voire sans aucune logique. Des fois la résolution était trop facile. On s'éloignait souvent du problème initial pour en avoir un autre qui s'additionnait par dessus. Et ce, de façon pas forcément bien amené. J'ai trouvé à l'intrigue une grosse faiblesse, qui ne m'a pas permis d'apprécier correctement cette lecture. Et j'en suis la première désolé. 

Cette petite faiblesse au niveau du scénario aurait pu passé au second plan si les personnages étaient bien caractérisés et relevaient l'ensemble. Mais ce ne fut pas le cas à mes yeux. J'ai même trouvé que la caractérisation des protagonistes du récit était le plus gros défaut du roman. Le personnage de Kate avait des réactions stéréotypées. Et tout ce qui touchaient aux problématiques personnelles sonnaient complètement creux. Les personnages secondaires n'étaient pas non plus très bien traités, et m'ont laissé complètement insensible.

Et je crois que l'apothéose du manque de profondeur de ma lecture est arrivé quand j'ai lu une énormité sur une pathologie du pied (Déformation professionnelle oblige, veuillez m'excusez, j'ai donc pris note). Mesdemoiselles, monsieurs, si vous ne pouvez plus courir à cause de vos Hallux Valgus (comme un des personnages dans ce roman), je ne vous souhaite pas de vous retrouver en invasion zombie, parce que sinon vous serez mal en point d'après Dana Skoll. 

Je trouvais intéressant de créer un roman pour étendre l'univers du jeu vidéo et en apprendre plus sur la personnalité des personnages. Mais il l'aurait été d'autant plus si l'ensemble avait plus de travail de fond. A mes yeux, cela manquait beaucoup de profondeur et de logique dans le scénario. 

La plume de Dana Skoll reste simple et accessible à tous. Les chapitres sont découpés de manière à donner un certain rythme à la lecture qui sera apprécié chez le jeune lectorat. Mais cela ne m'a pas empêché de trouver cette lecture pénible et j'ai même eu du mal à en venir à bout.

Mon ressenti reste purement personnel et n'engage que moi. Peut-être avez-vous apprécié cette lecture? Que vous soyez un fan du jeu vidéo ou non.

Pour autant, je pense que le jeu vidéo ou la BD doit être une forme mieux adaptée pour cette histoire. Chaque début de chapitres comprenait une esquisse de l'univers. Et j'ai trouvé cela vraiment plaisant. Cela permet au lecteur de mieux cerner le monde et cela laisse entrevoir un jeu vidéo bien conçu, que je serais tout de même curieuse de découvrir. 

En Bref,

Sybéria est une lecture qui ne m'aura malheureusement pas convaincu: ni par son intrigue, ni par ses personnages. J'ai eu l'impression de lire un vulgaire produit markeeting qui avait beaucoup trop de défauts pour me faire passer un bon moment. Je recommanderais cette lecture uniquement aux grands fans du jeu vidéo. Et je reste convaincu que la forme jeu vidéo ou bande dessiné est un meilleur support pour transmettre cette histoire. 
 
7/20
 Lecture décevante
 
Syberia de Dana Skoll (basé sur l’oeuvre de B.H Sokal)

10 commentaires sur “Syberia de Dana Skoll (basé sur l’oeuvre de B.H Sokal)

  1. Ohlala je n’étais plus revenu sur ton blog et je m’en excuse ♥ il a tout changé, il est trop beau, j’adore ! J’avais encore l’image de l’ancien ahah 🙂
    bisous !

    1. Pas de soucis. En même temps, tu as tellement de monde qui vienne sur ton blog que tu ne peux pas donner de la tête de partout. Oui, il est trop beau, je l’adore <3
      Il change beaucoup de l'ancien, cela faisait un moment que j'y réfléchissais. 🙂 Bisous et merci pour ton commentaire.

  2. et BIM ! Nan mais je comprends ton ressenti avec ta chronique, d’une part l’histoire pas crédible et hachée par les problèmes/solutions, les persos à deux sesterces et puis la cerise sur le gâteau avec le truc des pieds mdr !
    Je ne te l’emprunterai pas celui-ci ^^
    Kin

  3. Je ne suis pas vraiment tentée par ce roman, le jeu vidéo, en revanche m’intéresse beaucoup. Et avec ta chronique je crois que si je m’intéresse à cet histoire ce sera le format vidéoludique que je privilégierai ^^

Leave a Reply

%d bloggers like this: