Je suis une fille de l’hiver


Auteur : Laurie Halse Anderson
Traducteur : Marie de Prémonville
Éditeur : La Belle Colère
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 311 pages

Lia et Cassie étaient amies depuis l'école. "Filles de l'hiver" elles ont grandi prisonnières de corps fragiles et concurrentes dans la course contre la morbide à la minceur. Elles ont 18 ans maintenant, et leurs chemins se sont séparés. Malgré cela, Cassie a appelé Lia 33 fois la nuit de sa mort. Et Lia n'a jamais répondu? Là voici seule à présent, hantée par les souvenirs, ravagée par la culpabilité et toujours obsédée par la maigreur. Commence un long monologue intérieur, poétique et fiévreux, si juste et nécessaire.

Mon avis: 

Il y a des romans, dès que vous lisez la première phrase, vous savez qu'ils vous marqueront à vie. Ces coups de poings littéraires qui vous bouleversent et qui pourtant sont essentiels pour comprendre le genre humain. Ces coups de cœurs durs, bouleversants, et pourtant tellement beaux.  Des bleus au cœur de Louisa Reid était de ceux-ci et Je suis une fille de l'hiver est incontestablement de cette trempe là.

Je suis une fille de l'hiver raconte l'histoire de Lia, une adolescente dont la meilleure amie vient de décéder. Lia n'est pas une adolescente lambda puisqu'elle souffre d'une maladie encore tabou dans notre société: l'anorexie. Pendant 300 pages, on va suivre son rapport constant à la maladie mais surtout la difficulté à simplement être une adolescente.

Laurie Halse Anderson est une des rares autrices qui est arrivé à me bouleverser au plus profond de mon être avec seulement quelques phrases. Son écriture est poignante et vous percute en plein ventre. On sens tellement de vérité dans ces mots qu'on ne peut que être bouleverser par cette lecture, alors que le lecteur sait pertinemment avoir affaire à une oeuvre de fiction. Cela montre vraiment le véritable talent de Laurie Halse Anderson et c'est un talent que je vais continuer à suivre de très près.

Je suis une fille de l'hiver aborde trois grosse thématique: la mal-être adolescent (avec le sujet de l'anorexie), le deuil et l'amitié toxique. La partie sur les troubles alimentaires est extrêmement bien traitée. L'anorexie est une pathologie mentale très difficile à comprendre. J'étais donc curieuse d'en apprendre plus; de pouvoir être dans la tête de Lia pour mieux la comprendre. Et l'auteur réussit ce pari haut-la main. A certains moments, je suis même dit que ces mots sonnaient tellement juste que ce livre aurait pu être un témoignage ou un journal intime et non un roman de fiction.

"Elle me l'annonce comme ça, les mots dégoulinent de sa bouche entre les miettes de muffin à la myrtille, et les virgulent trempent dans son café.  Elle me le dit en quatre phrases. Non, cinq. Je n'ai aucune envie d'entendre, mais c'est trop tard.  Les faits bruts me pénètrent, me poignardent en pleine poitrine. Et quand elle en vient au pire...                              

                                                                    ... toute seule, ils ont retrouvé le corps dans une chambre de motel...      

 ... je dresse des murs autour de moi et verrouille toutes les portes. Je hoche la tête en faisant mine d'écouter, de communiquer. Elle m'y voit que du feu.  C'est moche, quand les jeunes filles meurent."  

Calories comptées à chaque bouchée, message de soutien sur les forums de filles anorexiques, techniques de dissimulations et mensonges, le lecteur suit avec horreur la réalité de cette maladie. C'est terriblement dur à lire car on assiste à la décadence de Lia s'en pouvoir rien n'y faire. Lia ne pense pas comme vous et moi, et c'est vraiment déroutant à la lecture. Lire "Je suis une fille de l'hiver" m'a permis de mieux connaitre l'anorexie. En découvrant la vie de Lia et ses fondements, on comprend pourquoi Lia est tombée dans cette course à la maigreur; comment sa vision de la réalité est altérée. C'est difficile à lire mais on sent en tant que lecteur, que l'auteur a vraiment eu envie de faire passer un message. Et ce, de la manière la plus juste possible.

Cependant l'anorexie n'est pas le seul sujet difficile de cette lecture. L'amitié toxique l'est tout autant et prend même une part importante dans la vie de Lia. Par de nombreux flasbacks, on va suivre l'amitié entre Lia et Cassie. Une amitié malsaine qui tire les deux jeunes filles vers le bas. Ensemble. Cela m'a mis très mal à l'aise de lire ce type de chose, car pour moi l'amitié tire le meilleur de nous même. C'était donc à l'encontre totale de mes convictions. Pourtant, cela existe et ici encore Laurie Halse Anderson manie le sujet à la perfection. Aucunes barrières ne sont posées. On est un spectateur brute de cette amitié dérangeante.

Laurie Halse Anderson a un talent fou pour évoquer la complexité adolescente et ses difficultés. Ce sont ces mots et la façon dont elle a abordé les sujets qui m'a immergée dans ce récit. Je peux juste vous dire que c'est fort et puissant grâce aux émotions que l'auteur véhicule.

Le livre possède un titre atypique pour le sujet. Pourtant il prend tout son sens quand vous l'avez refermée et j'ai aimé comprendre le message caché de cette lecture. Même si le sujet abordé est difficile, il possède un étonnant message d'espoir et c'est ce qui en fait un livre d'une grande qualité.

En Bref

Je suis une fille de l'hiver est un roman coup de poing qui aborde l'anorexie et le mal être adolescent de façon très juste. L'impact des mots, les émotions véhiculées, et les sujets abordés logent ce roman au niveau du coup de cœur. Celui qui déboussole et qui reste en tête longtemps après avoir refermé le livre. Il faut lire Je suis une fille de l'hiver pour le message transmis et pour mieux comprendre l'autre. Je ne peux que vous le recommander à 200%. Sincèrement, lisez-le! 

Coup de coeur

Je suis une fille de l’hiver

14 commentaires sur “Je suis une fille de l’hiver

    1. Oui, c’est une lecture difficile et je l’ai lu dernièrement. Autant dire que j’ai un côté masochiste. Merci pour ton commentaire Ju!

  1. Je serais curieuse de decoivrir ce roman mais à lire a un moment où j’aurais enchaîné les lectures feel good pour contrebalancer je pense :S Les histoires d’amitiés toxiques ça me met hors de moi et il me semble que je n’ai jamais rien lu sur l’anorexie!

    1. C’est exactement mon ressenti sur ce roman. Ce fut une très joli découverte en tout cas. ^^ A bientôt et merci pour ton commentaire. 🙂

Leave a Reply

%d bloggers like this: