Boneshaker


Boneshaker 

de

 Cherie Priest

  • Informations:

Auteur: Cherie Priest 
Traducteur: Agnès Bousteau
Éditeur: Le livre de poche
Collection: Imaginaire
Genres: Steampunk/ Uchronie
Nombre de pages: 627 pages

  • Résumé:

1880. La guerre civile américaine fait rage depuis deux décennies, poussant les avancées technologiques dans d’étranges et terribles directions. Des dirigeables de combat sillonnent le ciel et des véhicules blindés rampent dans des tranchées. Les scientifiques détournent les lois de la nature et échangent leur âme contre des armes surnaturelles alimentées par le feu, la vapeur et le sang. Bienvenue dans le siècle mécanique. Un siècle sombre et terrifiant.
Résumé éditeur

  • Mon avis:


Boneshaker est le premier tome de la série Steampunk « Le siècle mécanique » écrit par Cherie Priest et paru en 2016 en poche chez Le livre de poche.

Boneshaker est un livre qu’il me tardait de découvrir car à mes yeux, il fait parti des classiques du genre Steampunk. Car même si K.W Jeters (« Morlock Night », « Infernal Devices »), Tim Powers (« Les voix d’Anubis »), James Blaylock (Homonculus) sont clairement les fondateurs de ce mouvement littéraire et les premiers a l’avoir nommé ¹, Cherie Priest inscrit avec Boneshaker, un roman parfait pour ce genre.

Pour ceux qui l’ignore encore, le steampunk est une sous catégorie de la science fiction. Ce sont des romans qui place leurs héros en Angleterre victorienne (ou tout du moins au 19ème siècle) dans un univers où l’on retrouve des inventions à vapeurs, des rouages, des dirigeables...

Quand je dis que Boneshaker est un classique du steampunk, c’est qu’on retrouve de nombreux inventions caractéristiques du genre: des dirigeables, des armes, des masques et des inventions toutes plus inventives les unes que les autres… C’est vraiment ce que j’adore dans ce genre, et j’ai beaucoup apprécié ce côté là du récit.

Si Boneshaker présente tous les éléments caractéristiques du genre steampunk, c’est également un parfait mélange des genres. Il lie également l’uchronie et certaines créatures que l’on retrouve beaucoup en science-fiction: les zombies. Pour ceux qui l’ignore, une uchronie est un récit dont l’auteur revisite une période historique différemment. (Dans les récits les plus connus du genre, vous retrouvez par exemple Le maître du haut château de  Philip K. Dick, qui a construit un univers où les allemands et les japonais auraient gagné la seconde guerre mondiale²).


Dans Boneshaker, la guerre de concession fait encore rage et n’est pas près de se terminer. On se retrouve dans un Seattle alternatif qui doit faire face à un événement. Une invention a mal tourné et a percé un trou, dégageant  un gaz toxique qui les transforme en zombie s’il le respire. Très vite les habitants y font face en construisant un mur pour contenir ce fameux gaz.

Finalement plus que les inventions et le côté steampunk, c’est vraiment le mélange des genres qui rend ce livre aussi particulier. Ce Seattle du 19ème siècle est vraiment fascinant et l’événement auquel ils ont fait face pimente réellement l’histoire.

Pourtant, Bonshaker n’est pas le roman qui vous tiendra en haleine au point de tourner les pages de manière frénétique. C’est un roman qui pose son univers, qui retranscrit sa situation politique. Bref, c’est un roman qui se savoure. Même si l’action est belle et bien présente, et que nos héros sont confrontés à de nombreux événements dont des zombies; de part sa structure, ce livre n’est pas de plus addictif. Cela ne m’a pas empêché une minute de l’aimer car je me régale des univers fournis et de ce type de littérature. Pour ma part cela a fonctionné à merveille. 


« C’était presque comme un chuintement, ou peut-être bien une respiration étranglée. Mais par-dessus tout, c’était un bruit étouffé qui semblait ne venir de nulle part.
Un murmure. »

Extrait page 202

Ce roman raconte l’histoire de Briar et Zeke, qui sont étroitement liée avec la catastrophe qui a réduit Seattle en ville emmuré, où un gaz toxique contenu à l’intérieur, transforme les gens en zombie s’il le respire. Car le coupable de cette catastrophe n’est autre que le mari de Briar. Zeke. Son fils en quête de réponses va donc essayer d’en trouver en essayant de rejoindre leur ancienne maison, qui se trouve bien sur à l’intérieur du mur. Briar partira donc à sa recherche pour essayer de le chercher et le ramener sain et sauf hors du mur dans les faubourgs.


Boneshaker en plus d’avoir un univers steampunk et uchronique originale, est une réelle quête d’identité. Mystères, secrets et révélations sont de la partie. Le personnage de Briar est un personnage qui m’a beaucoup touché. Tiraillé par des liens familiaux  difficiles, elle a eu une existence loin d’être facile et s’efforce d’essayer d’être une bonne mère. Zeke est un personnage que j’ai eu plus de mal à appréhender. Il entreprend une quête d’identité, mais se retrouver très vite dépassé. Cherie Priest alterne les points de vues dans ce chapitre. L’un est du point de vue de Briar et l’autre de Zeke. Il m’a fallu passé la bonne partie du roman pour commencer à voir un intérêt pour les parties de Zeke. J’ai trouvé le personnage moins intéressant, mais il est pourtant essentiel au récit.

La plus de Cherie Priest est agréable. Elle décrit parfaitement son univers, sans pour autant ennuyer le lecteur. 

En Bref,

Boneshaker s’inscrit pour moi comme un classique incontournable du genre, qu’il faut avoir lu. Quête initiatique, aventures et zombies, dirigeables et Seattle alternatif, tout s’imbrique parfaitement pour former un roman original et innovent qui pour ma part m’a conquis. Je ne peux que le recommander pour les fans de steampunk et je suis curieuse de découvrir les autres facettes de l’univers avec la suite.


¹ Information tirée de La bible steampunk de Jeff Vandermeer, édition Bragelonne
² Information tirée de site ActuSF

16/20

Une excellente lecture
Boneshaker

10 commentaires sur “Boneshaker

    1. Chess: Tu vas beaucoup aimé je pense. 🙂

      @ Agathe lou Lp: C'est un genre particulier mais pour ma part j'aime beaucoup. N'hésite pas à tester si l'envie t'en dit!

      Merci pour vos commentaires Chess et Agathe Lou Lp. 🙂

    1. @ Melliane: Ah oui, j'ai entendu cela aussi. C'est bien dommage. :/

      @ Laura L: C'est vraiment un classique du genre et il est sympathique. (Et en poche). Je te le recommande du coup. Avec plaisir, pour la découverte. 🙂

      Merci pour vos commentaires Melliane et Laura L. 🙂 A bientôt sur le blog. ^^

  1. Un mélange des genres qui en principe marche très bien avec moi ! J'aime le côté un peu fourre-tout du steampunk, c'est vraiment ce qui fait son charme ! Ce titre me tentait déjà auparavant, mais alors maintenant, me voilà conquise d'avance ! Merci pour cette belle chronique, tentatrice à souhait 🙂

  2. Coucou Béa ! Je suis contente que tu aies aimé cette lecture ! J'ai énormément apprécié ce mélange des genres très original aussi! Je lui ai trouvé un petit côté "western". Par contre, j'ai trouvé qu'il manqué par moment de description de l'univers. En refermant le livre, je n'arrivais pas forcément à tout m'imaginer et je trouve que quelques longueurs sont là malgré tout… Mais je lirais la suite ! =)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :