L’estivant


L’estivant

de 

Marianne Guillemin

  • Informations:

Auteur: Marianne Guillemin
Éditeur: Edilivre
Genre: Contemporain
Nombre de pages: 226 pages

  • Résumé: 

Emmanuelle revient sur les lieux de son enfance, au bord de l’Atlantique. Orpheline de mère, elle a été élevée par un père indifférent et une grand-mère aimante mais débordée. Avec ses frères, elle a passé des vacances à courir dans les dunes et s’inventer des histoires comme autant d’aventures à vivre. 
Mais le passage de l’enfance à l’adolescence est marqué par un drame, que la jeune fille avait oublié, enfoui dans sa vie adulte.
Lors d’une visite à son père vieillissant, Emmanuelle retrouve une photo et tout lui revient. 
Résumé quatrième de couverture

  • Mon avis:

L’estivant est un drame contemporain écrit par Marianne Guillermin et publié aux éditions Edilivre (Plateforme de publication collective). 
En mai dernier, j’ai été contactée par l’auteur afin de chroniquer son dernier roman. Le résumé et la gentillesse de ce contact m’a donné envie de sortir de ma zone de confort et de lire son roman. 
Dans l’estivant, nous retraçons au côté d’Emmanuelle, notre héroïne ses dernières vacances d’enfances au bord de l’Atlantique, qui laissera une trace de sa vie et qu’elle cherchera à combler à un moment donné en revivant ses souvenirs et en voulant découvrir la vérité. 
Une des choses que j’ai le plus apprécié avec cette lecture est sa capacité à nous dépayser, nous lecteur. Dès les vingt premières pages, grâce à un style profond et poétique, Marianne Guillemin nous transporte à La Chaume, au bord de l’océan. Au travers de ces descriptions, j’ai eu l’impression de m’échapper de ma petite région lyonnaise et de voir bouger la houle de l’océan, de sentir la brise dans mes cheveux. Pour faire court, j’ai été transporté au cours de ma lecture à l’autre bout de la France. Et cela, ce n’est possible qu’au travers d’une jolie plume et de splendides descriptions, ce qui est le cas dans ce roman.

Du côté de l’intrigue, on se doute très vite du drame qui va survenir, d’autant que le livre est très court (il fait moins de 250 pages) Pour autant, j’ai apprécié que la fin que je pensais évidente, ne l’étais pas tant que cela. Cette petite subtilité m’a plu et j’avoue que j’aurais trouvé le récit moins plaisant si j’avais totalement deviné la fin.


« Le long de la côté sauvage,  la petite Manue me reprend par la main.
Pourtant aujourd’hui tout le monde m’appelle Emma. J’ai changé. Je suis toujours un peu baroudeuse mais le garçon manqué a disparu.
J’ai réussi pourtant à devenir une femme, j’ai appris toute seule. »

Extrait page 203

L’estivant est un roman lent et introspectif qui traite des relations humaines et du passage de l’enfance à l’adolescence. On est ancré dans le quotidien des vacances de Manue et de ses petits frères, laissé à l’abandon par les adultes. La particularité de ce roman est vraiment le travail de la psychologie du personnage principal. Et c’est peut-être le point qui m’a le plus dérangé au cours de ma lecture. Car soyons honnête, Emmanuelle n’est pas le personnage le plus attachant. Un peu bordeline, sans limites réelles, et accompagné de nombreux doutes intérieurs, notre personnage principal a été pour mois très difficile à appréhender. Pour autant, on comprend que son caractère relève d’un cadre familiale bancale et j’ai été quand même curieuse de savoir ce qui lui était arrivée au cours de cet été à La Chaume. J’ai donc malgré mon peu d’émotions pour notre héroïne, continué ma lecture.


Un des points que j’ai par contre regretté au cours de ma lecture, c’est que l’auteur insiste beaucoup sur certains situations qui font que notre héroïne est comme cela. Je comprends pourquoi elle l’évoque. Mais dans un roman aussi court, j’ai trouvé ces répétitions redondantes et que cela ralentissait ma lecture.

Autant j’ai eu beaucoup de mal avec Emmanuelle, autant la plume de l’auteur m’a beaucoup plu. Elle a un petit côté poétique, et ses descriptions m’ont vraiment transporté. Ici pas de grand roman pleins d’actions. L’Estivant est un roman au ton lent centré sur la psychologie et les sentiments des personnages. Et j’ai beaucoup apprécié ce point-là.

En Bref, 

L’estivant est une lecture a des kilomètres de ce que je lis habituellement. Pour autant, elle ne m’a pas forcément déplu. J’ai aimé découvrir le style d’écriture et une partie de la côté atlantique à travers ma lecture. Passé un premier temps d’adaptation à l’héroïne, j’ai trouvé cette lecture sympathique. Mais je l’aurais encore plu apprécié si j’avais pu m’attacher à notre héroïne. Je pense, cependant, que ce roman n’est pas un tout public et je le recommande donc aux adeptes de littérature contemporaine qui apprécient les romans introspectifs. 

12.5/20

Merci à Marianne Guillemin pour m’avoir permis de découvrir son livre. 
L’estivant

6 commentaires sur “L’estivant

    1. @ Marine & Camille Le puy des livres: Habituellement moi non plus mais j'ai apprécié celui-ci.

      @ Melliane: Je ne suis pas sur que ce soit ton genre de livre. Disons que je ne te le recommande pas forcément!

      Merci pour vos commentaires Le puy des livres et Melliane. 🙂 A bientôt.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :