La licorne qui dépassait les bornes


Enola & Les animaux extraordinaires 

tome 2:
La licorne qui dépassait les bornes

  • Informations: 

Scénariste: Joris Chamblain 
Dessinatrice/ Colorisation: Lucile Thibaudier
Edition: Les éditions de la Gouttière
Genre: Bande Dessiné
Série: Enola & Les animaux extraordinaires
Nombre de pages: 32 pages

  • Résumé: 

Caché au cœur d’un Muséum d’Histoire Naturelle se trouve le cabinet d’Enola, une vétérinaire hors du commun. Sa spécialité? Les animaux des contes et légendes!
Centaures, trolls, et autres licornes n’ont aucun secret pour elle. Avec son compagnon de route Maneki et à l’aide des inventions du génial Archibald, elle parcourt le monde pour soigner les maux des créatures extraordinaires. 

La petite souris n’est pas passée? Votre minotaure semble égaré? Demandez conseil à Enola, elle saura vous aider! 
Résumé éditeur

  • Mon avis: 

La licorne qui dépassait les bornes est le second tome d’une série de BD jeunesse: Enola et les animaux extraordinaires publiés chez les éditions de la Gouttière. Le dessin est de Lucile Thibaudier aussi connu pour avoir réalisé le graphisme de la BD Sorcières Sorcières. On doit le scénario de cette BD a Joris Chamblain, qui a également réalisé le scénario des bandes-dessinés Les carnets de Cerise, Nanny Mondy et Sorcières sorcières.

J’avais beaucoup apprécié le premier tome de la série, qui nous embarquait dans les aventures d’une jeune vétérinaire qui soigne des créatures hors du communJ’avais aimé le premier tome d’Enola et les animaux extraordinaires car il nous proposait une intrigue simple et sympathique et toute mignonne.  Dans ce second tome, Enola et son fidèle compagnon Maneki vont devoir aider un groupe d’enfants à trouver d’où vient la fureur  des licornes, afin d’éviter un conflit entre les villageois et ces créatures légendaires. 

Ce second tome nous propose une intrigue encore plus intéressante, où se mêlent magie, pacte ancestral, et bien sur des animaux malades. On suit avec délectation l’enquête d’Enola et de ses nouveaux amis, afin de trouver le fin mot de l’histoire. De plus, j’ai trouvé sympathique de vivre une histoire autour des licornes, car c’est un animal mystique qui a toujours m’a toujours fasciné. Ce tome-ci a donc une intrigue plus intéressante et mieux construite par rapport au premier tome qui nous faisait découvrir l’univers et les personnages. J’ai bien sur entièrement adhéré à cette histoire, qui le temps d’un instant m’aura fait retourner dans la féerie et le merveilleux.



Le personnage d’Enola est un personnage terriblement sympathique. Elle est franche et dis ce qu’elle pense. Elle est également très intelligente et trouve les solutions des énigmes à tête reposée. Enola est le genre d’amie qu’un enfant voudrait avoir. Sylvia, la jeune fille qui demande de l’aide à Enola est tout aussi attachante. Elle essaie de faire ce qu’elle pense être juste; elle commet des erreurs. Bref, elle est très humaine. Les garçons, qui l’accompagnent, sont des petits rigolos qui aiment faire des blagues caractéristiques des enfants de leur âge. Ce petit groupe m’a tout de suite plu et je pense que n’importe quel enfant aura envie d’intégrer leur groupe et de partir à l’aventure.

Pour ma part, et je me répète, je me suis régalée à suivre leurs aventures. 

Mais la Licorne qui dépassait les bornes n’est pas seulement une BD avec un très bon scénario et des personnages attachants, c’est aussi une BD au travail éditorial travaillé. Comme dans le premier tome, les éditions de la Gouttière nous proposent une BD avec une sublime illustration de couverture et une petite illustration de quatrième de couverture. Mais le travail éditorial ne s’arrête pas là, car dès qu’on ouvre la BD, des petites illustrations nous accompagnent. Très peu de pages sont laissées blanches, presque toutes comportent au moins une illustration d’Enola ou de Maneki, son petit compagnon. De plus, les pages sont en papier glacé épais, et on retrouve un petit effet arrondi pour chaque case. 

La force de cette série passe également par le graphisme. Lucile Thibaudier a vraiment un coup de crayon sublime. Elle créé des personnages au graphisme assez lisse, graphisme caractéristique de la BD jeunesse. On a l’impression de voir les graphismes d’un dessin animé. J’avoue être tombée amoureuse de son dessin. De plus, elle nous propose une colorisation avec des couleurs vives par moment et avec des tons plus pastels pour le paysage. Elle donne un travail sur la lumière époustouflant. En lisant certaines bulles, on voit littéralement les jeux de lumière. J’ai trouvé cela magique.

En bref,


Entre le scénario intéressant, les personnages sympathique et le graphisme sublime, Lucile Thibaudier et Joris Chamblain montrent qu’ils n’ont pas fini de nous émerveiller.Et cela marche autant pour un enfant que pour un adulte. Le seul reproche qu’on peut faire est que c’est trop court, car avec une BD de cette qualité, on en veut toujours plus. Moi, je vous dis, vivement le tome 3.

18/20

Enola & les animaux extraordinaires: 
La licorne qui dépassait les bornes

6 commentaires sur “La licorne qui dépassait les bornes

  1. Les illustrations sont belles! Et la thématique est très alléchante! C'est pour moi! (euh, chuutt, j'ai été un peu trop enthousiaste là, je vais me faire repérer par mon banquier…)

Leave a Reply

%d bloggers like this: