Contrecoups


Contrecoups 

de 

Nathan Filer

  • Informations:

Auteur: Nathan Filer

Éditeur: Michel Lafon
Traducteur: Philippe Mothe (Grande-Bretagne)
Genre: Drame Jeunesse
Titre en VO: The schock of the fall
Nombre de pages: 347 pages

  • Résumé:

« Je vais vous raconter ce qui s’était passé, parce que ce sera l’occasion de vous présenter mon frère. Il s’appelle Simon. Je pense que vous allez l’aimer. Mais d’ici quelques pages il sera mort. Et, après ça, il n’a plus jamais été le même »

Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout tout le temps…
Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents; l’adolescent ingrate brouillée par les nuages de marijuana; la lente descente dans la folie, l’internement…
Mais aussi , avec un humour mordant, le quotidien absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde. 


Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoups est un roman tendre et courageux, porté par une voix absolument unique. 

Quatrième de couverture

  • Mon avis: 

Contrecoups est le premier roman de Nathan Filer, et a été lauréat du prix Costa récompensant le meilleur livre de l’année en Grande Bretagne. 
J’ai découvert ce livre sur le blog de Moody « Take a book » et je dois dire que sa chronique alléchante m’a donné très envie de découvrir ce livre. C’est maintenant chose faite. 
Dans ce roman, on suit Matthew pendant une grande période de sa vie (de l’enfance au début de l’âge adulte), dans un roman interne (presque un journal intime) qui nous montre la vision d’une personne atteinte de schizophrénie. 
Voilà un sujet original, et très peu traité pour moi: la schizophrénie; la maladie mentale. Initialement, cette lecture me tentait aussi, car même si je n’ai jamais été confronté à un patient schizophrène, je pourrais être confronté à ce type de patient dans ma vie professionnel ou en stage. C’est donc avec grand intérêt que j’ai ouvert ce livre. 
Et je peux déjà vous dire que ce livre a la capacité de nombreuses émotions. Oui, Car Contrecoups est un roman très vrai, qui parle de façon très juste de cette maladie. Pour ceux qui ne le savent pas, tout le monde a un terrain pour développer une pathologie psychiatrique à un moment donné dans sa vie (dépression, bipolarité, schizophrénie…) Alors me direz-vous, qu’est ce qui fait qu’on la développe ou non? Ce qui pèse dans la balance, c’est le facteur déclenchant! 
« J’ai passé les doigts sur ces phrases, tracées d’une main légère au stylo à bille. Voici ce qu’il avait écrit:
Nous vaincrons cette chose, mon ami. Nous la vaincrons ensemble. 
J’étais pas mal chargé en comprimés relaxants, mains j’ai quand même senti ma poitrine me serrer. C’étais de penser à sa tristesse. C’était d’avoir peur qu’il se trompe. »
Extrait page 241/242
Ici, Nathan Filer nous décrit parfaitement l’apparition de la maladie chez Matthew, son évolution, son dénie, le moment où celui-ci lâche prise, et où il se relève. L’auteur est infirmier psychiatrique et cela se ressent dans son livre. 
Tous les moyens sont utilisées pour expliquer au mieux l’histoire du héros. Que se soit le changement de police, les lettres, les dessins, la narration entrecoupées et remplis de flash-back, tout est utilisé pour nous transmettre le soupçon de folie, qui suit Matthew. 
« Des fois
                     le
                     mur
                                                        s’écroulent  
                                                                                                   complètement. »
Extrait page 33
Le personnage de Matthew ne peut nous paraître qu’attachant, aux yeux du lecteur. Son cadre familiale est aussi sublime. On voit le lien qu’il a tissé avec son père, et sa grand-mère qui continue quoiqu’il arrive d’être là, à sa façon. J’ai beaucoup aimé ce côté humain. 
La vision, que nous donne l’auteur de l’hôpital psychiatrique est très angoissante. La prise en charge n’est pas complète. Il manque considérable d’effectifs. On n’ aimerait pas y laisser un proche. Et pourtant, ce doit être une réalité car l’auteur a travaillé dans ce genre d’établissement. 
Malgré tous ces bons points, je ne pourrais pas vous dire que j’ai adoré Contrecoups. J’ai trouvé cette lecture agréable, originale et pourtant très déstabilisante, dérangeante. Je ne m’attendais peut-être pas à être aussi mal à l’aise à certains moments avec son histoire. Car c’est le cas, la schizophrénie m’a mis plus d’une fois mal à l’aise dans ma lecture. 
Nathan Filer a une plume parfaite et nous retranscrit à merveille la pathologie mentale de Matthew. On a l’impression d’être vraiment dans la tête du héros. 

En bref, 

Contrecoups est une lecture percutante et dérangeante, avec lequel j’ai passé un bon moment. Si vous êtes intéressés par les maladies mentales, je pense que ce livre est très juste. 
14/20
Merci aux éditions Michel Lafon et surtout à Camille Groely pour cette lecture. 
Contrecoups

23 commentaires sur “Contrecoups

  1. Ah oui difficile si ce n'était pas une lecture si facile. C'est vrai que le sujet est tout de même intéressant et différent mais pas sure que je m'y lance tout de suite.

    1. @ Melliane: Je pense que l'écriture est vraiment agréable et j'ai aimé. Mais l'impact que le ressenti de la maladie peut nous faire détester comme adorer cette lecture. 🙂

      @ Stephanie-plaisir de lire: Dans l'ensemble, j'ai aimé cette lecture mais au vu des avis coup de cœur peut-être en attendais-je trop.

      Merci pour vos commentaires Melliane et Stephanie- Plaisir de lire.

  2. Ce livre m'intriguait et maintenant, grâce à ton avis, il me tente vraiment ! Le sujet a l'air vraiment touchant et c'est quelque chose que je ne connais pas du tout mais qui mérite qu'on s'y intéresse de plus près.

    Article publié à 22:22 hihi !

    1. @ MyaRosa: J'espère qu'il te plaira. Car il faut vraiment découvrir cette lecture. Qu'on l'aime ou non. 🙂

      A.J: Je t'ai posté un commentaire sur ton blog. Je te le prête avec grand plaisir si tu veux. Je n'avais même pas vu que je l'ai publié à 22:22. Trop drôle!

      Merci pour vos commentaires Myarosa et A.J. Des bisous <3

    1. @ Léa TouchBook: Je sais, c'est le coup de cœur d'énormément de blogueuses. Mais peut-être que j'en attendais trop!

      @ La route des lecteurs: N'hésite pas, il faut se faire un avis. Et puis, je lirais ta chronique avec plaisir.

      Merci pour vos commentaires LéaTouchBook et La route des lecteurs <3

  3. Je rejoins le commentaire de Clara. La maladie c'est une grosse bête noire qui me fait très peur. Pour cette raison je ne lirai jamais Nos étoiles contraires mais paradoxalement ce roman m'intrigue beaucoup et tu l'as quand même bien vendu (pousse un gros soupir) ^^'

    1. @ Clara: Je comprends que cela peut déranger. Moi, c'est des livres qui m'interresse car cela permet de "comprendre mes patients", enfin la probabilité d'avoir des patients schizophrène est faible.

      @ Elyza Alors, concernant la maladie, Nos étoiles contraires est plus tout public. Car malgré la maladie, le roman a une ligne de conduite "Croquer la vie à pleines dents" avec des personnages originaux (et très peu réaliste par rapport aux malades). Contrecoups ce n'est pas le cas, c'est dur, c'est dérangeant! Si tu veux essayer, je te prête mon exemplaire.

      Merci pour vos commentaires les filles. D'énormes bisous <3

    1. @ Bouchon: Tu veux que je t'envoie mon exemplaire, comme cela tu penseras qu'il se dédouble dans ta PAL et tu le liras. 😛 J'ai hâte de lire ton avis.

      @ Céline: Ha ha tu veux que je te l'envoie? Moi il me parle dans ma tête les livres. Finalement, on est peut-être plus proche de Matthew qu'on le croit 😛

      Merci pour vos commentaires Bouchon (<3) et Céline. 🙂

    1. @ Freelfe; Comme il tente plusieurs personnes, je pense l'envoyer en roman voyageur. Donc si tu veux le recevoir, n'hésite pas. Bisous. Et Merci pour ce commentaire 🙂 <3

    1. @ Topobibliotheca: C'est exactement cela! Je pense envoyer le livre en livre voyageur donc si tu as envie de le découvrir n'hésite pas. 😉

      @ Misspendergast: On en avait déjà parler. Je lis également ce genre de livre à petite dose! Cela reste une jolie découverte!

      @ LFQLSD: J'ai hâte de voir ton avis!

      Merci pour vos commentaires Topobiblioteca, Misspendergast et LFQLSD. <3 Des bisous.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :