Sans âge


Sans âge 

de Gail Carriger

Le protectorat de l’ombrelle Tome 5

  • Informations: 

Auteur: Gail Carriger
Traducteur: Sylvie Denis (Anglais)
Éditeur: Calmann-Levy 
Collection: Orbit
Tome: 5
Format: Broché
Nombre de pages: 333 pages. 

  • Résumé: 

Lady Maccon est en pleine béatitude domestique. 

Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société et celle du second placard préférée d’un vampire, sans oublier un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel… 
Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut pas ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d’un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction Egypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l’indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d’Alexandrie? Pourquoi un fléau s’abat-il de nouveau sur le pays? Et comment diable Ivy est-elle devenue du jour au lendemain l’actrice la plus populaire de tout l’Empire britannique? 
Quatrième de couverture

  • Mon avis: 

Pour toutes les personnes qui suivent mon blog depuis le commencement, vous savez que depuis je suis une fervente fan de la série Le protectorat de l’ombrelle de Gail Carriger. J’ai commencé cette série en 2012 et j’avais été envoûtée par ce mélange de styles littéraires et cet univers complexe. Trois ans plus tard, je referme ce dernier tome et je peux vous dire que j’ai adoré.

Le protectorat de l’ombrelle (pour ceux qui ne connaisse pas) est un parfait mélange de steampunk et de fantastique. On se retrouve donc en pleine Angleterre victorienne, à Londres plus exactement, avec une multitudes d’avancées scientifiques propre à ce sous genre de la science fiction. Des dirigeables, aux armes, jusqu’au coccinelle mécanique en cuivre, tout y est pour émerveiller le lecteur. 


A tout cela, s’ajoute un univers fantastique travaillé et original. De premier abord, on pourrait penser que cet aspect du livre est traditionnel. On retrouve des loups-garous, des vampires et des fantômes. Cependant leur organisation est loin de l’être. De plus, Gail Carriger a proposé des personnages totalement originaux: les paranaturels. Les paranaturels sont des êtres humains capables de rendre les personnages fantastiques humains. 
Cette univers a été lorsque je l’ai découvert nouveau et pétillant. Et même après cinq tomes, il ne perd rien de son éclat. 

Attention, à ce niveau là, il risque d’y avoir des informations sur les tomes antérieures. Je conseille au personne n’ayant pas lu ces tomes de se rendre à mon avis final (En bref)


J’ai adoré retrouver les personnages dans ce tome. Alexia, l’héroïne est le genre de personnage que j’adore: perspicace, en avance sur son temps, elle possède une forte répartie et une fâcheuse tendance à se retrouver dans les ennuies (tout en gardant calme et bienséance!). Alexia possède vraiment beaucoup de qualité et son franc parler est de loin celle que je préfère. Maccon est aussi un personnage que j’aime beaucoup. Il est très macho au premier abord, brusque (à cause de son côté loup-garou), mais il a une entière dévotion à sa femme, à sa famille et à sa meute. Et il a su me charmer depuis longtemps. 

Gail Carriger nous propose toute une série de personnages secondaires: du loufoque vampire Lord Akeldama, en passant par le dandy loup-garou Luffy, ou à la scientifique française Mme Lefoux, jusqu’à la comédienne Ivy, amie d’Alexia et fan de chapeau les plus volumineux et coloré. Tous ces personnages sont très hétéroclitiques et apporte de l’excentricité au livre. Et moi, j’adore ça. 

De plus, on découvre dans ce tome, Prudence la fille d’Alexia et Maccon. Et on peux dire que c’est bien la digne fille de ces parents. Elle présente des caractéristiques pour le surnaturel surprenant. Cela à vraiment donner de la nouveauté à ce tome, et je peux dire que cela rendu carrément explosif. 🙂 

J’ai beaucoup aimé ce tome dont les aventures se déroulent en Egypte. Gail Carriger nous entraine dans une intrigue dynamique. Elle répond aux nombreux questions qu’elle a soulevé dans les tomes précédents. (J’ai d’ailleurs du me rafraîchir la mémoire). C’est fait avec brio. Il se passe de nombreux bouleversements au cours de ce tome, pour lequel j’ai ri, eu peur, pleuré, souris. L’auteure a su me faire passer par des multitudes d’émotions. 

Le style d’écriture de Gail Carriger est sensiblement identique à celui des tomes précédents. Elle utilise un dialecte proche de celui du dix-neuf ème siècle, auquel s’entremèle des nombreuses notes d’humours sur les coutumes ou la bienséance de l’époque. Pour les personnes n’ayant pas l’habitude de ce style là, il peux surprendre. Mais je trouve que c’est un style qui fonctionne parfaitement à l’histoire. 

En Bref, 

Sans âge de Gail Carriger est une très très très (très très) bonne lecture; un petit coup de cœur pour moi. Il m’a fait passer par beaucoup d’émotions différentes et j’ai adoré l’univers. 
Mon seul regret est de quitter tous ces personnages et ce monde. 
Le protectorat de l’ombrelle restera une série que je recommanderais chaudement à tous les lecteurs qui cherche quelques choses d’originale. 

18/20
Petit coup de cœur 
Lu dans le cadre d’un challenge commun avec Laety « suite de séries »
Sans âge

10 commentaires sur “Sans âge

  1. Contente de voir que tu as apprécié ce dernier tome !
    Moi aussi, je suis triste d'avoir quitté Alexia et Maccon… J'espère que la nouvelle saga de l'auteure sera à la hauteur de nos espérances… ^^
    Bisous ma belle !

    1. @ Le Chat du Cheshire: Il faut que tu le sortes. Te connaissant, il se dévorera très vite. 🙂 ^^ Avec Gail Carriger, on passe toujours un très bon moment.

      @ Laety: J'espère en effet que Le pensionnat de Mlle Géraldine soit aussi bon que Le protectorat de l'ombrelle. J'espère aussi y retrouver Prudence, mais je ne pense pas que cela soit possible. A voir ^^

      @ Mia: Franchement, vas-y, tu vas passer un bon moment.

      Merci pour vos commentaires Le Chat du Cheshire, Laety et Mia. 🙂

  2. Rolalala Beaaaaaaaa
    Bon je te promets que si j'ai le temps je me case le premier tome dans le mois! Maintenant que tu les as tous lu il faut que tu lise le pensionnat de Mlle Géraldine! Ah et j'ai appris qu'une nouvelle série sort en mars aux USA: the custard protocol 😛 voilà <3

    1. @ Lapassion Du livre: Tu as bien fait ^^ Tu n'as pas l'impression d'avoir été spoiler? Franchement, c'est une bonne série, je l'as recommande de tout cœur. Surtout qu'ils sont tous sortie en poche. ^^

      @ Elyza: Il faut, il faut, il faut! J'ai hâte de connaitre ton avis. J'ai un peu peur si tu n'aimes pas du coup XD. Oui, j'ai les deux dans ma PAL, il serait stupide de ne pas les lire. Je viens de voir de quoi parlait The custard protocol, et je suis trop contente car tu as illuminé ma journée, c'est un peu la suite de Le protectorat de l'ombrelle avec un des personnages du tome 5. Je ne te dirais pas lequel sinon je vais te donner des informations sur la fin du tome 2. Bisous. Merci pour ton commentaire. <3

      Merci pour ton commentaire aussi Lapassio DuLivre. 🙂

  3. Oui mais j'ai tellement de lectures en attente et ça veut dire démarrer pas un mais plusieurs romans comme c'est une saga 🙂 Je pense que je la lirai pendant les grandes vacances je trouve que c'est la période propice un peu comme pour lire les Felicity Atcock x)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :