Lady Doll Tome 1: La poupée intime


Lady Doll Tome 1

La poupée intime

  • Informations:

Dessinateur/ Couleurs: Beatrice Penco Sechi
Scénario: Daniele Vessela
Traducteur: Chantal Paluszek
Éditeur: Soleil
Collection: Blackberry
Tome: 1  
Nombre de pages: 48 pages

  • Résumé

Gaja tu ne parles qu’à tes poupées. Gaja ton visage te vaut d’être rejetée du monde, des autres enfants comme de ton père. La seule personne a pouvoir te comprendre Gaja, c’est moi, ta mère. Moi qui peuple ton univers de poupées pour tromper ta solitude, moi qui sens m’a senter décliner au fil des jours. Gaja, ma pauvre enfant perdu que deviendras tu? 

  • Mon avis:

Lady Doll est une bande dessiné original de part bien des points: le scénario, le graphisme, l’atmosphère et la couleur. Elle met en scène Gaja, enfant d’une dizaine d’année au visage déformé de naissance. Gaja est solitaire, elle a vécu loin de sa mère, qui est malade. Elle vit avec un père égoïste dont son seul intérêt est sa fortune (ou plutôt celui de sa femme). Gaja est donc une enfant renfermé dont sa seule compagnie sont des poupées de chiffon. L’histoire en soi n’a donc rien de joyeux et traite même d’un caractère psychologique l’évolution d’une enfant, qui n’a pas tout l’amour requis. S’ajoute à la vie de Gaja, une intrigue secondaire tournant autour de son père qui souhaite s’emparer de la fortune de sa femme.

Avec cette double trame, se met en place une atmosphère que j’ai trouvé pesante, presque lugubre. Le graphisme n’est pas sans jouer son rôle car cette ouvrage nous offre un coup de crayon gothique, quasi morbide accompagné de couleurs fortes comme le rouge et le bordeaux et alimenté par de nombreuses touches de noirs. Le graphisme m’a fait pensé à un côté proche de l’originalité des films de Tim Burton et le scénario a une petite touche de film d’horreur comme The Dolls. 

Même si on a envie de porter secours a cette petite fille, je dois dire que le personnage principal m’a laissé insensible. J’ai eu énormément de mal à m’attacher car elle ne possède pas une qualité que j’aurais eu envie de la voir avoir: la confiance en d’autres êtres humains. De ce point là, je dois dire que je suis un peu déçu mais surtout intriguée. 

La fin m’a totalement étonnée. Une des deux intrigues a été résolue. L’autre est encore présente et je me demande franchement de quoi va parler le second tome. 

En Bref, 

Lady Doll est une BD ou je n’arrive pas à me départager. Je n’ai ni aimé ni détesté. C’est original. Je pense que cette BD ne colle a aucun autre profil. Je vous conseille de la découvrir pour vous faire votre propre idée du sujet. 

Lady Doll Tome 1: La poupée intime

3 commentaires sur “Lady Doll Tome 1: La poupée intime

    1. Je dois dire que la lecture est quand même étrange. On attends le tome 2 pour nous demander si la série est vraiment sympa ou simplement bizarre.
      Merci pour ton commentaire L'avis d'une Lyonnaise <3 Des bisous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :