Northanger Abbey


Northanger Abbey 

 de Jane Austen

Informations:

Auteur: Jane Austen
Éditeur: Edition 10/18
Traducteur: Josette Salesse-Lavergne
Genre: Classique anglais
Nombre de pages: 276 pages

Résumé

Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouements pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin d’être des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n’est rien d’autre d’une héroïne., c’est Jane Austen s’amuse! Et nous emporte, d’une plume malicieuse, d’un bout à l’autre du plus moderne des romans austeniens. 

Mon avis:

Northanger Abbey est le cinquième roman majeur de Jane Austen et a été publié en 1818 (donc après la mort de l’auteur). Nous suivons dans ce roman les aventures de la jeune Catherine Morland, fille de pasteur, qui évolue pendant plusieurs semaines dans la ville de Bath où se mêlent amitié, amours et déceptions.


Comme à sa grande habitude, Northanger Abbey est une critique ouverte et tranchante de la bonne société anglaise, presque cynique par moment. La premier partie du roman se situe a Bath, ville du comté de Somerset au sud ouest de l’Angleterre. Ainsi, on découvre les activités de l’époque, avec les bals de Lowers

Rooms, les rencontres de Pulp rooms ou encore les activités comme le théatre ou les boutiques. La première partie de Northanger Abbey est donc une description complète et  renseignée de Bath car Jane Austen y a vécu elle même une dizaine d’année, avec sa famille.


Mais il est évident que le grand talent de Jane Austen reste la façon dont elle nous décrit la complexité des relations humaines de l’époque, avec une mise en avant de la société britannique de l’époque. Cette aspect du livre est traiter d’une façon « exagéré » à des moments, presque surjoué mais j’ai aimé regardé les amitiés se nouer, les attirances se former, la bêtise humaine s’immiscer.


Dans ce roman, Jane Austen nous offre une héroïne différente de Elisabeth Bennet ou des sœurs Dashwood. C’est un personnage, que vous et moi pourrions interpréter facilement. Elle ne possède pas une beauté sublime, ni un grand esprit; son trait de caractère le plus particulier reste sa grande imagination dû à ses lectures. Mais elle possède d’autres qualités comme la gentillesse et la loyauté.  On ne peut que s’identifier à ce personnage, que j’ai beaucoup aimé. 🙂

« Personne ayant jamais vu Catherine Morland, dans son enfance, ne l’eut supposer née pour être héroïne ».
Page 9

Le héros est aussi un personnage tout ce qu’il  de plus « banale ». Oubliez le beau Mr Darcy, monsieur Tilney n’est pas un grand homme, pleins de passions. C’est un homme, qui a cependant beaucoup de charmes et dont j’ai apprécié les qualités. Le reste des personnages est vraiment hétérogène. On retrouve des caractères hypocrites et beaux parleurs avec Isabelle et John Thorpe, la gentillesse avec James Morland et la famille Allen, la droiture du générale Tinley ou encore la douceur de Miss Tilney Les personnages sont en résumé assez concentré (car on ne verra pas plus d’une dizaine) mais constitue une micro-société, très proche de la société de Bath et de l’Angleterre. J’ai beaucoup aimé les personnages de ce livre, que je trouve attachant et facilement identifiable pour le lecteur. On ne peut que se mettre à leur place.

Mais dans Northanger Abbey, la plume tranchante de Jane Austen ne d’arrête pas à une critique de la société et des relations humaines mais va bien au dela, car à elle pointe du doigt un genre littéraire de l’époque: Le roman. En effet, ce livre est bourré de référence et de détails sur de nombreux livres de l’époque les mettant tantôt en valeur, tantôt en montrant leurs défauts. C’est ainsi que l’on apprend des noms et des titres de livres du roman noir, qui aujourd’hui sont des ouvrages qui ne font plus parler d’eux et qui à l’époque était prisé. J’ai vraiment aimé cet aspect du roman. 

« -Avez-vous lu Udolphe Mr Thorpe?
-Udolphe! Par Dieu, non! Je ne lis jamais de romans, j’ai mieux à faire. 
Catherine, humiliée et honteuse, était sur le point de lui demander pardon pour cette question, mais il l’en empêcha en poursuivant:
-Les romans sont si pleins d’absurdités et de niaiseries. Depuis Tom Jones, il n’en ai pas paru un seul à peu près passable, excepté le moine. J’ai lu ça l’autre jour… Mais pour ce qui est du reste, ce ne sont que les pires stupidités du monde.  » page 51. 


Et je finirais ma chronique sur le style sublime de Jane Austen. En effet, pour les personnes qui sont rebutés des classiques pour les longues descriptions interminables (voir le style un peu pompeux), sachez que Jane Austen est un écrivain de talents dont la plume s’adapte à un grand public. C’est toujours un plaisir de la lire. 

En Bref,

Northanger Abbey est une petite lecture (a peine trois cents pages) avec lequel j’ai passé un très bon moment. C’est une lecture très différente de Orgueil et préjugés ou encore Raison et Sentiments mais ça ne montre qu’une chose: que Jane Austen a du talents et sait se renouveler. Northanger Abbey est un classique bien écrit, qui nous montre une nouvelle facette de l’Angleterre du 17ème siècle et qui reste abordable au grand public.  

 15/20
J’ai lu ce livre dans le cadre du Jane Austen Book’s Club Tour sur Livraddict. 
Je m’excuse pour le retard, mais avec le déménagement, l’acclimatation et la rentrée, je suis méga à la bourre. 
Je vous met l’avis des participantes:
Northanger Abbey

13 commentaires sur “Northanger Abbey

  1. C'est vrai qu'il y a moins de personnages dans Northanger Abbey. Peut-être parce qu'il est parmi les premiers qu'elle ait écrit (même si publié posthume).
    Le jeu que j'ai bien aimé aussi: le fait que tous les personnages doivent être liés et ne pas sortir de nulle part pour que le lecteur ne soit pas perdu 😉

  2. J'ai été très étonnée par ce roman, très différent de ce à quoi Jane Austen nous a habitué ! Les personnages sont assez fades mais j'ai adoré l'humour mordant de l'auteur dans ses descriptions de la société anglaise !

  3. Je n'ai retenu aucun des romans gothiques que cite Jane Austen, à part les Mystères de Rudolphe… 😀

    Je trouve ta chronique très complète et très intéressante !
    Comme tu le remarques judicieusement, l'auteure sait broder sur le même thème de l'amour en nous offrant à chaque fois des romans différents, si bien que l'on ne se lasse pas…

    A dans un mois… 😉

  4. C'est vrai que ça change d'Orgueil et Prejugés uhuh Mais j'ai bien aimé aussi, même si j'ai parfois trouvé l'ironie d'Austen trèèès lourde au bout d'un moment (au fur et à mesure que tu t'attaches aux personnages, t'as quand même envie qu'elle arrête de se moquer d'eux !) Mais sinon c'était une lecture sympathique avec une fin encore un peu trop abrupte pour moi, mais c'était sympa.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :